Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
unsplash Nathan dumlao

12 prénoms systématiquement écorchés à Liège

L’accent liégeois fait aux oreilles le même effet qu’un marteau piqueur: vaguement rythmé de loin, atrocement douloureux de près. Et la comparaison n’est jamais plus vraie que pour les prénoms, écorchés sans merci par les plus Lîdjeux d’entre nous, surtout lorsqu’il s’agit de ces 12 malheureux. 

1. Alexant’

Ce n’est pas tant que le « dre » final est muet mais bien qu’il est transformé en « t » appuyé. Or, il y a une raison pour laquelle aucun prénom ne finit en « tttt »: ce n’est ni joli ni élégant.

via GIPHY

2. Nahttalîiîîîîe

Vous prenez la prononciation de Gilbert Bécaud, vous ajoutez une respiration nasillarde après le premier « a » et une dizaine de « i » surmontés chacun d’un accent circonflexe pour faire bonne mesure et vous obtenez la guide aux cheveux blonds version 4000 qui n’arpente pas la place rouge mais bien la place Saint-Lambert. Nah-tta-lîîîîîîîîe.

via GIPHY

3. Tchèrry

Comme « Tchèrry Tchèrry Lady », hit bien connu de Modern Talking.

via GIPHY

4. Kééééévinne

Le Liégeois n’aime rien tant que faire son américain, et mêlé à la propension locale à s’attarder sur les syllabes, cela donne quelques petits bijoux de barakisme. Kéééééévinnne, donc, mais aussi ses lointains cousins:

5. Djézonne et Brandonne, des prénoms plus propices au 90210 qu’au 4000

Pensée émue pour les beaux gosses de Beverly Hills 90210 qui seraient certainement ébahis de savoir comment les prénoms californiens de leurs alter egos de télés sont prononcés sous le soleil de la Wallifornie.

via GIPHY

7. Annahisse

Comme dans « hissez haut Santiano! » sauf que bon, peut-être qu’on se trompe, mais il n’a ni « h » ni voile dans l’orthographe originale du prénom.

via GIPHY

8. Didgé

Comme un « disc-jockey », en somme, mais sans les disques et avec de vagues relents de Meuse et de pékèt en prime. Délice.

via GIPHY

9. Lowik

Le Liégeois est fantasque, c’est là une de ses plus belles qualités, et il en faut de l’imagination pour ajouter un « w » accenté entre deux lettres. Y’a ceux qui fransquillent en accentuant bien les liaisons en « s », puis y’a les autres, les vrais, qui te lâchent des « w » comme si de rien n’était. Et ouais. (« wais »)

via GIPHY

10. Etchènne

Ouuuuh tiens le bien ton « tch » à la place du « i ».

via GIPHY

11. Moamètte

Le Liégeois est sans pitié envers les « d », qu’il transforme immanquablement en « t » bien traînant, du genre à rimer dans ce cas-ci avec « ramassette ». Et que les rageux se rassurent, cela n’épargne pas non plus les prénoms « bien de chez nous ». Hein Alfrèttte?

via GIPHY

12. Britné

On vous l’accorde, on n’a encore jamais eu le privilège de rencontrer de Liégeoise nommée en l’honneur de Britney, bitch. Dieu sait qu’on entend beaucoup parler d’elle par contre, surtout au moment de réclamer des chansons en état d’ébriété dans le Carré, et on ne se lasse pas d’entendre « Brtiné Spîîîîîrs ». Même si, soyons clairs, on ricanerait aussi si on entendait quelqu’un se tenter un petit « Bwitni Spirs » en prononciation correc’. On est à Liège fi, traine tes « i ».

via GIPHY

Envie de rire encore un peu? 

Boulettes Magazine, c'est une publication en ligne faite par et pour des Liégeois, avec l'envie de mettre en avant toutes les initiatives qui rendent la Cité si ardente... et parfois aussi souffler sur ses flammes quand c'est nécessaire :)