Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Tatouage vegan Liège - Pexels - Andrej Lisakov

Le tatouage vegan (et éthique) lève l’encre boulevard d’Avroy

Derrière l’oreille, sur les côtes, au poignet … Vous avez déjà un tatouage,  deux ou trois ou bien au contraire, vous n’avez pas encore osé sauter le pas ? Boulevard d’Avroy, le salon de tatouage Vegan Ink Stivi donne envie de sauter le pas, en sécurité. 

Près de 500 000 Belges se font tatouer chaque année selon le SPF de la Santé publique. Cependant, sommes-nous réellement conscients de ce qu’on encre sous notre peau ? Et ce, pour toute notre vie ? Stivi, 29 ans, tatoueuse liégeoise, nous en dit plus sur le tatouage vegan. Car vous l’ignorez peut-être mais les produits utilisés pour se faire tatouer contiennent, pour la plupart, des substances d’origine animale.

Lire aussi: Tom Crouse tatoue, encre, aiguilles et dachsund

tatouage vegan liège

Se faire tatouer en mode zéro risque

Avant toute chose, pour limiter les risques d’infections microbiennes, l’hygiène est le premier critère à respecter. Aussi bien dans les instruments du tatoueur que dans les soins qui seront accordés au tatouage. N’oubliez pas que chaque peau est différente, et ce n’est pas parce que cette pratique est devenue chose courante que la peau ne doit pas/plus être traitée correctement.

« Le tatouage est un acte chirurgical, il nécessite une cicatrisation. La peau est en effet ouverte, puisqu’il y a eu « effraction cutanée ». Une mauvaise hygiène peut donc causer une infection. »

À savoir ; avant le tatouage, le professionnel doit se laver soigneusement les mains, porter des gants stériles et doit désinfecter la peau. Il doit utiliser un matériel jetable stérile ou stérilisé.

Après, c’est à vous de jouer !

« Une fois rentré à la maison, il faut se laver les mains, nettoyer le tatouage avec du savon PH neutre délicatement et rincer à l’eau tiède. Après 24h, il faut appliquer de la crème cicatrisante 3 à 4 fois par jour, cela permet l’hydratation, favorise la reconstruction de la barrière cutanée et apaise les irritations liées au tatouage.

Dans les 4 à 5 jours qui suivent la prestation, des petites particules de peaux vont se former. Ne pas gratter pour les enlever, laisser les petites peaux se détacher toutes seules. Il est possible que le tatouage démange, mais gratter aura un effet désastreux.

La cicatrisation dure une quinzaine de jours, il est conseillé d’hydrater le tatouage régulièrement après celle-ci.

Eviter le soleil en exposition directe pendant 15 jours, ainsi que les UV, pas de sauna, pas de piscine, pas de hammam et pas de plongée pendant deux semaines.»

tatouage vegan liège

Stivi, elle, a opté pour la méthode vegan et semble en être très satisfaite. Cette artiste n’a jamais eu de soucis d’infections, d’allergies ou autre dans son établissement et son travail est plus que convainquant !

« Pour ma part, j’ai investi dans du matériel 100% Vegan, des encres, des crèmes avant, pendant, après le tatouage, le papier carbone, jusqu’aux T-shirts du shop ! C’est une question de principe, pourquoi utiliser des produits d’origine animale ou testés sur les animaux pour notre luxe ? »

Le tatouage vegan comme autre médium

Ayant emprunté une voie artistique à l’âge de 14 ans, Stivi est désormais diplômée d’un master didactique en section dessin et peinture au sein de l’Académie des beaux-arts de Liège. Artiste peintre, elle a notamment vu ses peintures exposées à New York, Montréal, Venise ou encore Tokyo.

« Le tatouage est un autre médium que la peinture à l’huile, l’acrylique, le fusain etc. Une fois essayé, je l’ai adopté ! »

Plus qu’un art, le tatouage est un langage qui transmet un message. Dans la transmission de ce message, l’émetteur est tout aussi important que le récepteur. C’est en partie pour ça que Stivi a choisi cette profession. Ce fut le cas pour un projet, dont elle est très fière, qui était sur le sein d’une dame afin de dissimuler les cicatrices de sa mastectomie. C’était une fleur de camélia japonais, en couleur. Car oui, les couleurs sont toujours autorisées en Belgique et des encres colorées et vegan existent !

tatouage vegan liège

Le concept de Vegan Ink Stivi est, donc, de ne PAS utiliser des encres industrielles qui peuvent entre autres contenir :

  • Du charbon, obtenu à partir d’os d’animaux calcinés. C’est aussi ce que l’on appelle le « noir animal »
  • De la gomme-laque, créée à partir de résine sécrétée par des vers asiatiques
  • De la gélatine, fabriquée à partir de peaux d’animales bouillies. On en trouve notamment dans les bonbons.
  • Ou encore de la glycérine. Celle-ci peut être d’origine végétale ou animale. Les industriels ont tendance à privilégier la glycérine d’origine animale pour son coût plus faible.

tatouage vegan liège

Voilà qui peut aider à prendre conscience qu’il n’est peut-être pas nécessaire de mettre sa santé de côté au profit de l’esthétique. Des alternatives plus saines et éthiques existent. À Liège, Stivi en fait partie et ce, en toute transparence.

« Chez Vegan Ink Stivi, je propose des crèmes à base de fruits et de thé vert afin d’aider la cicatrisation du tatouage. Les produits proviennent d’Angleterre, je commande sur Killer Ink. Et je recommanderait l’encre de tatouage stérile de la marque Cheyenne Ink »

Artiste jusqu’au bout des outils, Stivi, passionnée de peinture et de gravure, crée et réadapte des projets afin de rendre chaque tatouage unique et personnel car il restera, à jamais, gravé dans votre peau.

 

tatouage vegan liège

Pssst… Vous savez quoi ? La durée de vie d’un tatouage à l’encre vegan est exactement la même qu’un tatouage à l’encre traditionnelle. La couleur reste prononcée et il n’y a pas plus de retouches à faire pour la cause.

Vegan Ink Stivi
Boulevard d’Avroy n°21
0484/60.11.87
Site internet / Page Facebook 

 

( photo de couverture : Pexels / Andrej Lisakov )

Après être passée par ELLE et Paris Match Belgique, la plume de cette graphiste de formation mordue de copy-writing s'est posée chez Boulettes Magazine, où elle rédige des reportages percutants et des articles lifestyle brillants.