Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
fanny willem caroline dethier

À la découverte de l’atelier de bijoux de Fanny Willem

Au numéro 70 de la Rue Pierreuse se cache depuis peu une pépite. Il s’agit de l’atelier de Fanny Willem, bijoutière-joaillière depuis plus de 10 ans. Installée comme indépendante complémentaire depuis 6 ans, elle a pensé son nouvel atelier pour avancer et entrevoir de nouvelles opportunités. On vous emmène en coulisses découvrir où la magie opère. 

Fanny Willem Caroline Dethier

Une façade de pierre et de bois témoigne déjà du goût de Fanny pour le mélange de matériaux authentiques et de qualité. Allez, il est temps de rentrer ! Lorsque vous poussez la porte de l’atelier, vous auriez du mal à imaginer que c’était une ancienne cave fourre-tout. Fanny a acheté le rez-de chaussée et a tout retapé, et l’avant-après est impressionnant!

Sur votre droite se dresse une famille de cactus, des ronds, des hauts, des petits, des gros, … Rassurez-vous, Fanny ne pique pas ! Derrière son comptoir elle réserve un accueil des plus chaleureux à toute sa clientèle dans sa boutique-atelier conceptualisée avec son compagnon, architecte.

 

À l’entrée de l’atelier se trouve également un espace réception où la créatrice propose à ses clientes de s’installer dans du mobilier (joliment) récupéré avec une tasse de café à la main. Pendant ce temps-là, Fanny peaufine les derniers détails de la réparation, de la vente ou de la création sur mesure, derrière son magnifique et authentique comptoir de bijoutier, lui aussi, chiné (sur la page Facebook Propeller) !

Derrière ce meuble, se trouve l’essence même de son art. C’est à son établi en bois (son tout premier) que tout se passe, se crée et se transforme. C’est un peu « Fanny et ses outils » mais avec des pierres précieuses et de l’or, version joaillerie haut de gamme.

« J’utilise une pince Brucelle pour manipuler les petites pièces, sans elle je ne pourrais plus rien faire ! »

By the way, la collection Noël 2019, ce sont notamment des bracelets/joncs rigides avec des pierres précieuses. Ce sont des pièces uniques avec des pierres toutes différentes. Les couleurs de cette année sont inspirées des oiseaux et de la nature.

« Quand on regarde un oiseau, on le trouve toujours beau avec des couleurs bien assorties, on ne se dit jamais : mais bon dieu pourquoi on a mis ces couleurs ensemble ? » (rires)


Pour créer un bijou, tout commence dans un creuset qui sert à faire fondre l’or qu’elle se procure essentiellement par ses clients. Elle reprend donc d’anciens bijoux qu’elle refond et auxquels elle donne une seconde vie.

Une fois l’or fondu, Fanny fait couler des lingots qu’elle insère ensuite dans un laminoir pour obtenir des sections carrées ou des planés plus ou moins épais.

Enfin, elle passe au banc à étirer (d’époque s’il vous plait !). À savoir que dès que l’or est manipulé, il doit être recuit car il durcit au fur et à mesure de sa transformation. Elle fait ensuite refroidir les pièces dans l’eau.

La plus grosse partie de son travail se fait sur son établi où elle soude, fond et donne la forme exacte souhaitée au fil qui formera le futur bijou. Dans sa platine, de la limaille d’or et des vestiges de vieux bijoux. Rien ne se perd et tout se transforme, Fanny refondra tout ça dans son creuset pour fabriquer de la nouvelle matière et ne rien jeter.

« La dernière étape d’un bijou, avant les ultrasons qui nettoient le bijou en profondeur, c’est le polissage. C’est sans doute l’étape la plus salissante du processus de création. Les mains d’un bijoutier sont tellement sales, on ne se rend pas compte lorsque l’on voit les bijoux portés et parfaitement brillants»

Vous voyez ses célèbres bracelets soudés ? Et bien Fanny fait les soudures au microscope, directement à votre poignet. Pas de panique, si vous êtes amenés à devoir couper dedans un jour, elle le refera avec plaisir !

La tendance du moment ?  « Les mailles plus épaisses et sans fermoir, mais avec le prix de l’or qui ne fait qu’augmenter pour le moment, je ne sais pas comment on va faire avec les pièces plus grosses qui arrivent (rires).»

En attendant les nouveautés, ses bijoux sont en vente dans son atelier Fanny Willem et au magasin Le Coloris, Rue St Jean en Isle 30 Liège, où Fanny est aussi vendeuse et effectue toutes les réparations.

Fanny Willem

Rue Pierreuse 70, 4000 Liège

Page Facebook / Instagram

willemfanny@gmail.com

 

Photos :

Caroline Dethier

Marine Dehossay

Après être passée par ELLE et Paris Match Belgique, la plume de cette graphiste de formation mordue de copy-writing s'est posée chez Boulettes Magazine, où elle rédige des reportages percutants et des articles lifestyle brillants.