Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Agression femme Liège

Le harcèlement de rue, un combat permanent

« Il se retourne vers moi, me regarde de haut en bas, comme si j’étais la plus belle pièce de viande de la vitrine d’un boucher… »

OK. Y en a marre. Nous ne nous battons pas pour nos droits depuis le 19e siècle pour laisser notre intégrité et notre autonomie corporelle à la merci d’un inconnu. 
Le harcèlement de rue c’est partout et tout le temps. Même si les faits sont en diminution de -7,2% (chiffre de la criminalité Police locale de Liège), la problématique est encore là et la solution toujours absente. Mais cette diminution, à première vue positive, ne serait-elle pas la conséquence d’un silence ? Le combat continue…


L’adversaire

Bon nombre de personnes ne se rendent pas/plus compte qu’elles sont victimes de harcèlement. Donc le harcèlement de rue c’est quoi ? Ce sont les comportements adressés aux personnes dans les espaces publics et semi-publics, visant à les interpeler verbalement ou non, leur envoyant des messages intimidants, insistants, irrespectueux, humiliants, menaçants, insultants en raison de leur sexe, de leur genre ou de leur orientation sexuelle. 

« Ce qui est triste, c’est que c’est à un point où je n’arrive plus à me dire « Meuf, réveille-toi ! Tu es en train de vivre un harcèlement », tout simplement parce que c’est quotidien, à des degrés divers évidemment, bien qu’un harcèlement reste un harcèlement. » P. 22 ans.

Il est vrai que dans chaque relation, tout être dispose de son seuil de tolérance. Ce seuil peut être dépassé simplement par le commentaire d’un individu tandis que d’autres ne seront pas touchés par la proximité de quelqu’un dans les transports en commun. Nos limites sont personnelles et variables. Le harcèlement c’est, avant tout, une intrusion dans sa sphère personnelle, dans sa zone de confort.

Les scores 

Selon le travail de fin d’études de Léa Gosselin, étudiante en criminologie à l’ULg, échantillon de 2400 femmes de la FWB, 2017 ;


Plus de 9 femmes sur 10 âgées de moins de 35 ans indiquent avoir subi une expérience de harcèlement en rue au cours des douze derniers mois. 17% des répondantes (entre 15 et 24 ans) font état de harcèlement en rue une fois par jour. 56% des répondantes racontent avoir été suivies au cours des 12 derniers mois, et 85%, dont la quasi-totalité des sondées (de 15 à 54 ans), ont subi une tentative de conversation dans l’espace public.

Selon les Statistiques Plan international ; 

À la veille de la saison des festivals, Plan International Belgique a interrogé 600 jeunes sur leur expérience du harcèlement sexuel aux festivals belges : 1 fille sur 6 révèle en avoir été victime au moins une fois à un festival au cours des 3 dernières années, 40% des témoins s’éloignent sans agir


La contre-attaque

« Hé grosse cochonne ! Gros seins ! Je suis restée indifférente à l’image mais j’étais très énervée dans le fond ! » Margo, 25 ans.

Le harcèlement est un phénomène, malheureusement, difficilement identifiable en tant que tel. Exemple : Si on touche les fesses, ce sera un attentat à la pudeur, si on bouscule, ce sera une voie de fait violence légère. Ce qui suit est un concentré de conseils de jeunes femmes, ayant subi des harcèlements, afin de vous aider à réagir ou à prévenir !

Dernièrement, j’étais en voiture, à 23h à un feu rouge et une bande de mec a encerclé m’a voiture en criant qu’ils n’allaient pas me laisser filer… j’ai fait semblant que j’allais leur foncer dedans et ils sont partis.

Anais, 26 ans, a été importunée plus d’une fois. Que ce soit en rue, dans le carré et/ ou surtout dans le bus, des mecs viennent l’aborder, lui toucher les fesses et ne lui fichent pas la paix. Son conseil serait d’ailleurs de ne pas marcher seule une fois la nuit tombée, de fermer ses portières dès qu’on est au volant et de ne pas s’aventurer au jardin botanique ou au parc Saint-Jacques.

Quand je me promène seule, ou avec une amie, c’est systématiquement des interpellations en rue : On m’appelle comme si j’étais un chien, on me dit que je suis belle, on me demande comment je vais. Et si je ne répond pas je me fais automatiquement insulter : connasse ou pourquoi tu réponds pas etc. 

Sarah, 28 ans, a choisi de répondre à ses harceleurs par le silence et l’indifférence. « On se dit que si on leur répond en leur disant « mais pourquoi tu me parles je te connais pas j’ai le droit de pas te répondre » on a peur d’avoir des représailles… ».

Cette peur des représailles devient un frein à force de la vivre au quotidien. Les femmes se fixent des limites, que ce soit au niveau de leurs vêtements ou de leur itinéraire. Se promener seule en rue est vraiment devenu un défi. Cela fait donc un an que Sarah s’est initié au Krav Maga (Krav Maga Evolution Liège) pour se défendre en cas de besoin et aussi pour rassurer son compagnon lorsque elle se promène dans la rue Léopold, la rue saint Gilles ou encore sur la Place saint Lambert la nuit tombée, par exemple.

Il y a 3 ans en Outre Meuse, je rentrais vers la Place de la République française pour y prendre mon bus. J’avais été au restaurant avec des amis. Sur le chemin, 3 hommes m’ont mis très mal à l’aise, en seulement 15 minutes ! Le premier m’a regardé de haut en bas avec des regards très douteux, à peine sortie du restaurant !Le deuxième, en direction de la passerelle pour rejoindre l’université, est un cycliste qui me siffle et me propose de « venir jusque chez lui ». J’ignore et je continue mon chemin. Enfin, le troisième est derrière moi, un homme qui va à la même vitesse que moi et est assez proche. Mon estomac se noue. Je monte sur la passerelle, il me suit. Il n’y a évidemment personne d’autre que lui et moi … je me demande si il me suit réellement. J’accélère, il accélère. Et là je me reprend et je me dis qu’il est hors de question que je panique. Je décide d’appeler mon chéri en me disant que si jamais j’ai quelqu’un au bout du fil, j’ai moins de chance qu’il se passe quelque chose… Pas de réponse de chéri, mais je dois savoir si on me suit ou pas.Je décide de m’arrêter pour « refaire » mon lacet, pas du tout défait. L’homme passe devant moi. Hourra ce n’était que mon imagination ! Sauf que… Dans la rue joignant la grand poste et la place de la République française, il avait attendu sur un trottoir au début de la rue. Je prends l’autre trottoir, il continue sur le sien, toujours à la même vitesse. Mon copain m’avait enfin répondu, alors j’ai fait semblant d’avoir une conversation banale le temps du trajet. Arrivée aux arrêts de bus, je m’arrête et il s’en va enfin!  



Elena, 25 ans, ne se sent plus du tout à l’aise dans sa ville. Désormais elle évite de rester seule en rue et a décidé de se garer le plus près possible de ses destinations pour ne plus marcher seule trop longtemps.

Le harcèlement c’est, aussi, assister à une scène d’exhibitionnisme. Autant préciser que personne ne vous oblige à voir un homme se masturber dans le bus ou dans des buissons en vous regardant ! 

« Les deux fois, l’impression de dégout et de choc est restée pendant plusieurs heures, particulièrement après l’épisode du bus, où je suis rentrée juste après et j’ai ressenti un profond sentiment d’insécurité. Des années après, je m’en souviens encore très bien. » X, 26 ans. 

Cette jeune femme aurait réagi différemment aujourd’hui. Lorsque l’harceler a commencé à s’exhiber dans le bus, elle a simplement changé de place pour s’asseoir à côté de quelqu’un d’autre, qui n’a rien fait du tout (au passage). Après réflexion, elle irait prévenir le chauffeur des agissements de cet inconnu et préviendrait la police immédiatement.

Je prenais le bus à Liège, le 4, en plein après-midi. Un genre de SDF est venu s’assoir à coté de moi. Il ne me dit rien du chemin si ce n’est me demander de la monnaie. Lorsqu’il a fallut que je me lève pour descendre à mon arrêt, il en a profité pour passer sa main sur mes fesses en essayant d’aller entre mes cuisses. Je me suis retournée et je lui ai dit qu’il ne pouvait pas me toucher comme ça, que c’était dégueulasse ! Personne n’a rien dit à ce pervers, je me suis sentie extrêmement seule et j’en veux énormément à ces personnes qui n’ont pas réagi. On pense que ce n’est rien par rapport à des grosses agressions mais quand ça nous touche, on se rend compte que c’est dur même si ça ne parait pas être grand-chose aux yeux de certains… 

Camille, 20 ans, en a simplement parlé autour d’elle jusque maintenant mais compte bien s’équiper pour cette rentrée car, selon elle, on est jamais à l’abri de passer d’un acte verbal à physique.

Uppercut final

Mais c’est quoi ton problème, sale porc ? À quel moment t’ai-je permis de me toucher et de me regarder comme tu le fais ? Tu crois que ce que tu fais c’est tolérable ? Tu ferais pareil avec ta mère ? Tu n’es qu’un dégueulasse. Le «  »pauvre » » a été tellement désarmé qu’il ne savait que répondre et s’est senti fort honteux d’un coup et est très vite sorti du train ! […] Les passagers, eux, sont restés de marbre tout le long, alors qu’ils ont vu le spectacle… et je crois que c’est ça qui est le plus effrayant. X, 22 ans.

Dans les témoignages recueillis pour cet article, beaucoup de jeunes femmes parlent d’un sentiment de solitude lorsqu’elles se font harceler. Certaines osent réagir face à leur harceleur (comme ci-dessus), d’autres ont peur et chaque réaction est compréhensible. Mais posez-vous la question, que feriez-vous si vous voyiez une personne se faire harceler en pleine rue ? Ou plutôt, qu’aimeriez-vous qu’on fasse pour vous, si vous étiez à sa place ?

On ne vous demande pas de jouer les super héros, mais de faire preuve de créativité pour venir en aide à une personne en difficulté. Et qui sait, peut-être la sauver d’un très sale quart d’heure …  « Hey Anna ! Ça va depuis le temps ? Il faut absolument que je te raconte notre voyage avec Thibaut ! T’as un peu le temps pour aller boire un verre là ? » Ceci n’est qu’un exemple, mais c’est simple comme bonjour 🙂 !

Cette personne a attendu d’être à la hauteur de l’athénée Liège Atlas pour me sauter dessus par derrière, et m’emporter derrière un muret pour essayer de me violer. Par je ne sais quel miracle, deux hommes (un sur la route en voiture, et un dans l’enceinte de l’école) ont vu/entendu ce qui se passait et ont couru pour venir m’aider. A ce moment là, la police qui a remarqué un agissement suspect de l’homme en voiture (celui qui est venu m’aider), a suivi et s’est retrouvé également au bon endroit, au bon moment. Ce qui fait que l’agresseur a été arrêté, et je suis allée porter plainte.Par la suite, une autre jeune fille, qui avait été agressée le même soir par la même personne, est allée témoigner également. Ce n’était pas ses premiers faits, et grâce à son arrestation, une plainte pour viol (toujours à Liège, dans le centre, en journée après un événement) qui avait été déposée 1 an avant, sans aucune piste, a pu être résolue ! Si cette personne n’avait pas déposé plainte à ce moment la, l’agresseur aurait été accusé de 2 tentatives de viols et aurait été enfermé, au mieux, quelques mois en prison. Ici, la charge du viol a été retenue, il est donc enfermé pour 6 ans.

Outre le fait de faire payer une personne qui doit être punie, vous alléger votre conscience tout en ayant un sentiment de justice… Ne pas donner suite à ce genre d’événements va peut-être empêcher la résolution d’une enquête en cours et vous ne venez en aide à personne. Croyez-le, cette démarche paie toujours un jour ou l’autre.

Sortir vainqueur du combat 

Ce que j’ai retenu de ces témoignages c’est en premier lieu de vous faire confiance. Entre la paranoïa et le sentiment d’insécurité, la ligne est très fine. Si vous ne vous sentez pas en sécurité, changer d’environnement, appeler quelqu’un, changer de trottoir, rentrez dans un magasin, … écoutez-vous ! Personne ne vous jugera pour le fait de vous protéger.

En second lieu ; ne laissez jamais quelqu’un vous dire que vous l’avez cherché ou que c’est votre faute. Tomber sur un malade qui vous veut du mal, n’est juste pas normal !Il suffit d’une seule fois pour que ça tourne très mal.

Et si malheureusement ça arrive, portez plainte. Durant les deux dernières années, sur 29% de victimes d’harcèlement, 78% d’entre elles déclarent avoir porté plainte à la Police locale de Liège. Or, depuis le 3 aout 2014, il existe une loi contre le sexisme en Belgique : tout geste, tout comportement, méprisant gravement une personne en raison de son sexe, peut entrainer une poursuite devant le tribunal correctionnel. Le risque encouru, si la gravité des faits est reconnue, va de un mois à un an d’emprisonnement et/ou d’une amende de 50 à 1000 euros. Rassurez-vous, il y a de plus en plus de caméras sur le territoire et elles peuvent évidemment être très utiles en la matière !

Ce n’est pas toujours facile, ni de trouver les mots justes pour décrire ce qui vient de se passer, ni de revivre l’événement devant une poignée de policiers (qui font leur boulot de flics et non de psy…). Mais comme l’a dit une des intervenantes ;

Peut-être que votre plainte va permettre, même après des années, d’appuyer une autre et de mettre quelqu’un en prison pour un petit moment. Chaque témoignage compte. Le fait de ne jamais laisser tomber, c’est aussi une sorte de thérapie je pense. 



Quelques numéros utiles 

Police, numéro d’urgence : 101.
Pour les besoins d’aide non urgents ou pour les questions, vous pouvez contacter la ligne de Télé-Accueil au numéro : 107.

Sachez que lorsque vous déposez une déclaration en tant que personne lésée, vous êtes tenu au courant de la suite de votre plainte.
Vous pouvez également faire une déclaration auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. En sa qualité d’institution publique indépendante, cet institut a pour mission principale de veiller à l’évacuation de toute forme d’inégalité. Le sexisme est une forme d’inégalité ! L’Institut vous fournit des informations et des conseils gratuitement et en toute confidentialité. Dans certains cas, il peut vous accompagner lors du traitement juridique d’un litige.
Numéro gratuit : 0800/12.800
Formulaire de signalement sur http://igvm-iefh.belgium.be/fr

Si vous souhaitez obtenir une aide psychologique, vous pouvez toujours vous adresser à SOS Viol : http://www.sosviol.be/ ou les services de santé mentale https://pro.guidesocial.be/associations/services-sante-mentale-ssm-1704.html.

Prévenir le harcèlement c’est aussi encourager les personnes à se réapproprier l’espace public et se sentir plus en sécurité en rue.

Merci à Laurence Comminette, Responsable de la communication, Cabinet du Bourgmestre.
Merci à Anaïs, Margo, Camille, Sarah, Elena et les autres filles pour leurs témoignages.
Merci à Sarah Debouny Chef de Projets VIF – Relations avec les pouvoirs subsidiants et ses collaborateurs pour toutes les informations et statistiques fournis.

Après être passée par ELLE et Paris Match Belgique, la plume de cette graphiste de formation mordue de copy-writing s'est posée chez Boulettes Magazine, où elle rédige des reportages percutants et des articles lifestyle brillants.