Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Sequin

Sé-ach, une styliste filante et brillante

Depuis notre dernier article en 2017, Cassandra Hocheit, créatrice de la marque Sé-ach, en a parcouru du chemin. De quoi nous donner envie de prendre à nouveau de ses nouvelles. Non seulement parce qu’on adore ses créations, mais aussi parce que le label liégeois a un tas de nouveautés dans ses placards ! De nos questions à ses réponses, Cassandra s’est livrée dans une interview typiquement Boulettes.


Tu es plutôt thé ou café en ce moment ?
Je suis toujours thé, je n’aime pas le café À l’apéro, vin sans hésiter!

Depuis le dernier article des Boulettes en janvier 2017, as-tu vu une évolution dans ton travail ?

Oui carrément ! Tout est différent, mais en mieux évidemment.
Au moment de l’article, je venais à peine de me lancer. Maintenant j’ai eu pas mal de collaborations, un pop up store, un e-shop, des points de vente,…. Tout est allé très vite pour moi!


Comment t’es-tu fait connaître ? Est-ce qu’Alice On The Roof a mis Sé-ach en lumière ?

Déjà à l’école de mode, j’avais pas mal de personnes qui étaient intéressées de m’acheter des pièces. Du coup, une fois diplômée, j’ai réalisé pas mal de commandes.
Quelques mois plus tard, Alice On The Roof portait mes créations sur scène. C’était incroyable! C’est sûr que ça a été un bon tremplin pour lancer ma marque.

page1image13520

Avant de te mettre au travail, tu écoutes quoi comme morceau ?

J’écoute un peu de tout, mais j’aime beaucoup Marina Kaye de manière générale!

Quel est ton processus de création, si tu en as un ?

Je n’ai pas un processus type de création. Je m’inspire vraiment de tout ce qui m’entoure et mon envie du moment.

alessia amodio

Les productions, si c’est chez toi, ça laisse de la place à ton compagnon ?

Oui bien sûr ! J’ai une pièce transformée en atelier et heureusement, sinon mon appartement serait un tapis de sequins ? !

Pourquoi travailler avec les sequins ?

A la base, le sequin était pour moi comme le motif de la marque. Ce genre de tissu apporte de la texture et du relief à un vêtement et c’est ce qui me plaît. Puis je pense qu’au fond, nous aimons toutes ce qui brille. Ca nous rappelle notre enfance, des émotions, …

Tu pars des tissus pour t’inspirer, comptes-tu, un jour, manipuler autre chose que sequins et fausse fourrure ? Ou souhaites-tu garder ta patte ?

Oui bien sûr. Je pense que la marque évoluera en même temps que moi. Déjà ici, pour les prochaines collections, je vais intégrer de nouveaux tissus que je n’utilisais pas avant. Maintenant, il y aura toujours du sequin et de la fausse fourrure sur certaines pièces car ça reste l’ADN de la marque.

Trouble, Typically Weird et encore Sweet Sorrow, on dirait qu’il y a un contraste entre le message (plutôt mélancolique) que tu souhaites faire passer dans tes collections et tes vêtements plein de lumière et d’énergie.

Justement, c’est ce qui me plait. Les contrastes! Je pense que nous avons tous plusieurs facettes.

Comment caractérises-tu la femme Sé-ach ?

La fille SÉ-ACH est une fille qui s’assume, qui ose porter ce qu’elle veut mais qui est aussi pleine de facettes, donc de contrastes.
Mais il peut y avoir aussi l’homme SÉ-ACH. L’important est vraiment que la personne qui porte la marque se sente bien dans sa peau ! J’ai déjà eu pas mal de commandes d’hommes et je trouve ça génial. Le plus important, c’est de s’assumer. Et si je peux aider des personnes à être bien dans leur vêtements avec mes pièces, j’en suis ravie!

Collection homme, un jour ?

Collection homme, non, je ne pense pas mais collection unisexe oui! C’est dans mes futurs projets en tout cas car j’ai eu pas mal de demandes à ce niveau là. Puis, c’est carrément dans mes valeurs et celles de la marque. La preuve, pour la saison 2, c’était une personne transgenre que j’avais choisi pour le shooting.

cassandra hocheit

Comment choisis-tu tes mannequins ?

Au feeling, à leur histoire. Ça dépend vraiment du moment !
J’ai en tête, à chaque collection, une fille bien précise. Donc ça m’aide à choisir !


Y a t’il une équipe derrière toi ou gères-tu tout toute seule ?

Pour l’instant, je gère encore tout toute seule. J’ai de temps en temps des stagiaires qui m’aident quand vraiment c’est le rush mais je ne compte pas engager quelqu’un tout de suite.

On t’a pas mal vue dans la presse en ce moment, est-ce que c’est ce que tu t’imaginais étant plus petite ?

Oh non pas du tout! Ça donne toujours de la visibilité c’est sûr mais même étant petite je n’ai jamais rêvé de tout ça, ce que j’adore surtout c’est de pouvoir faire un métier créatif, d’être mon propre patron et d’être épanouie
dans ce que je fais ?

D’ailleurs tu voulais devenir quoi ?


Alors là, bonne question! Je crois que je voulais être vétérinaire enfant car j’ai toujours adoré les animaux… Puis avec le temps, je me suis rendue compte
que j’étais bien trop sensible pour ça

Ton créateur préféré ?

Je n’en ai pas spécialement parce qu’en fait, j’ai déjà adoré certaines collections et d’autres pas du tout donc c’est vraiment difficile de choisir!

cassandra hocheit

Ton animal préféré ?

Le chat, c’est sûr! Ça a été mon premier animal de compagnie et je l’aimais énormément.

Tu tenterais pas une collection pour tous les catlovers ?

Non, pas de collection chat à venir, ce n’est pas trop mon truc ! Chacun son style et son ADN de marque

Est-ce que ton e-shop fonctionne bien ? As-tu d’autres plateforme où tu vends ?

Oui il fonctionne plutôt bien, les e-shop en 2018 c’est juste indispensable ! La marque est également vendue sur la plateforme belge Story To Line.

Ton pop up store à Dansaert le mois dernier s’est-il bien passé ? Comptes-tu un jour avoir un shop physique ?

C’était une bonne expérience ! Ça demande beaucoup de temps et d’énergie car il faut penser à tout : le lieu, la décoration, les étiquettes, la communication,…. Par contre, je ne pense pas avoir de shop physique dans un futur proche. Je pense plutôt distribuer la marque dans des points de vente. Ça me correspond plus!

Comment fais-tu pour fixer tes prix et où fais-tu produire tes collections ?

J’applique les normes en fonction du coût de production, des matières premières,… C’est un calcul de base que chaque créateur applique (ou doit appliquer!). Pour la production, c’était chez moi, dans mon atelier. Mais par la suite, ce sera produit dans un atelier en Pologne. C’est très important pour moi de rester en Europe!

cassandra hocheit
cassandra hocheit

Continues-tu toujours tes créations sur mesure ?

Pour le moment, j’ai un peu arrêté les créations sur mesure car ça demande énormément de temps et j’ai eu pas mal de projets à côté. Je pense recommencer en 2019, mais j’en accepterais moins car j’ai d’autres projets sur le côté!

Recommanderais-tu ta formation ?

Oui et non. Ça dépend vraiment de notre but final !
Si on veut, par exemple, faire de la haute couture je conseillerais plus une école comme La Cambre qui est fort axé sur la créativité. Mais si vous souhaitez avoir votre marque de prêt-à-porter je pense qu’Helmo Mode est une formation complète : stylisme, couture, patronages, langues, marketing, communication,…


Si tu devais donner un conseil à tous les créateurs qui se lancent, tu leur dirais quoi ?

De croire en soi et en son projet! C’est le plus important. Si vous êtes passionnés, motivés et que vous avez un projet qui tient la route, ça peut marcher! Il faut juste s’accrocher mais rien n’est impossible.

cassandra hocheit

Comment espères-tu voir ta marque dans 5 ou 10 ans ?

J’espère pouvoir vivre de ma marque dans les années à venir. Dans 5 ou 10 ans, je ne sais pas! Le principal, c’est que je me sente bien dans ma vie avant tout. Tant que la marque me rend heureuse, je continuerai !

Dis moi en plus sur tes prochaines collab et ta prochaine collection !

La prochaine collab qui arrive, c’est avec la blogueuse Milkywaysblueyes qui est aussi en lien avec la nouvelle collection. Tout ce que je peux en dire, c’est que je suis super contente du résultat et j’ai hâte d’en dévoiler plus! Rendez-
vous le 29 novembre!

Toutes les infos sur la nouvelle collaboration par ici et ici .

Après être passée par ELLE et Paris Match Belgique, la plume de cette graphiste de formation mordue de copy-writing s'est posée chez Boulettes Magazine, où elle rédige des reportages percutants et des articles lifestyle brillants.