Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
8 liégeoiseries qu'on en a marre de traduire DR Boulettes Magazine Canva

8 liégeoiseries qu’on en a marre de traduire

OK, Liège est une Principauté. Et oui, peut-être qu’on parle parfois de manière légèrement accentée, en saupoudrant nos propos de quelques liégeoiseries bien placées. Mais si les autres francophones du pays pouvaient arrêter de se la jouer Mimi-Siku à chaque fois qu’on ouvre notre clapet, on apprécierait. 

Parce que même si ces huit expressions typiquement liégeoises ne sont pas forcément utilisées en dehors des frontières de notre belle Cité, à un moment, ça fait tellement longtemps qu’elles sont entrées dans le français de Belgique que continuer à les souligner est de la pure mesquinerie. Et oui. D’ailleurs, pour éviter que cela ne se reproduise, on a compilé les liégeoiseries qu’on aimerait ne plus devoir traduire. Merci.

1) Chique

Kkffffrrrrrttttshsjzozskbjqdsklsjdklfdl. Oui, c’est un « bonbon », qui d’ailleurs pour nous est un « biscuit » et non, surtout pas un « chewing-gum ».

Vous êtes qui pour nous proposer « une chique », c’est-à-dire un Haribo, et nous filer un vieux Freedent à la place, LE DIABLE?!?

via GIPHY

2) Chiclette

Voir aussi chique.

Lire aussi: 8 super pouvoirs qu’on développe en habitant Liège

via GIPHY

3) Sketter

Imaginez que vous êtes Brice de Nice. Vous venez juste de casser quelqu’un et vous célébrez ça d’un mouvement de bras qui le symbolise. Ce bras qui casse, il fend la bise, et celle-ci, brisée, laisse entendre un murmure qui si on se concentre, ressemble à « sket ». Et c’est ainsi, amis linguistes et descendants de Monsieur Bescherelle lui-même, que le verbe sketter est né. True story.

via GIPHY

4) Sonner

Qu’est-ce qu’il fait le téléphone? OK, il pleure parfois, mais surtout, il sonne aussi. Donc si on sonne à quelqu’un, qu’est-ce qu’on fait, on l’appelle à la sonnette peut-être?

Lolz, comme si à Liège on avait les moyens de se payer les services d’un majordome qui répond quand on le sonne.

via GIPHY

5) Spritcher

Dites, vous qui vous moquez de notre parlé, qu’est-ce qui est plus évocateur du geste, « vaporiser » ou « spritcher »?

Voilà, c’est bien ce qu’il nous semblait.

via GIPHY

6) Pasticcio

Déjà, on en a marre de l’expliquer celui-là parce qu’on ne parle pas la bouche pleine. Ensuite, s’il y a bien un plat qui parvient à brûler la langue, les gencives et le palais, même après avoir soufflé consciencieusement sur la bouchée, c’est lui. Donc arrêtez de nous chauffer et laissez nous manger notre pasticcio en paix, merde. Ca ne se voit pas qu’on a mal?!

via GIPHY

Lire aussi: Pourquoi Liège mange (à tort) du « pasticcio » et pas de la lasagne

7) Trémie

On croit connaître la poésie parce qu’on a dû faire deux pauvres récitations en primaire, puis on entend un vieux de la vieille prononcer trémie en traînant langoureusement sur chaque syllabe et on réalise qu’Apollinaire, en vrai, c’est du pipi de chat.

via GIPHY

8) Baise

Bien sûr que nous aussi on en fait des caisses, en signant le moindre message « grosse baise » tout en postillonnant de rire sur notre écran. Mais nous, on peut, parce qu’on est Liégeois, on a le droit. Vous pas. Donc si on vous demande une baise, vous restez polis, merci.

via GIPHY

 

 

Chargée de la rubrique "La Semaine" du Vif Weekend, Kathleen prête également sa plume à Flair, VICE, Le Vif ou encore Wilfried, avec une préférence pour les sujets de société et politiques. Mariée avec Clément, co-rédacteur en chef de Boulettes Magazine, elle a fondé avec lui le semestriel SIROP, décliné à Liège et Bruxelles en attendant le reste du pays.