Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Le Lauriers chef à domicile Liège

Le Lauriers transforme votre cuisine en restaurant à domicile

La pandémie aura bousculé tous les aspects de la société, en ce compris le secteur de l’Horeca, qui a dû se réinventer pour affronter la crise sanitaire – suivie par celle du pouvoir d’achat, tout aussi délétère. La solution trouvée par Anaïs Marchettini? Le Lauriers, son service qui invite le restaurant à domicile, rend le luxe accessible, et évite de devoir compter les verres qui accompagnent le repas. Tout bon? On a testé (et adoré) le concept. 

Le Lauriers? Si, comme nous, la vision de ce « s » incongru vous chipote, sachez qu’il s’agit-là du nom de famille du papa de la jeune liégeoise, qui a ainsi tenu à rendre hommage à celui qui lui a transmis le goût de la cuisine. « Il était très ému quand il a vu son nom brodé sur mon tablier », raconte l’entrepreneuse, mettant ainsi fin (faim?) à notre questionnement et laissant notre curiosité se concentrer entièrement sur le ballet qui se joue dans notre cuisine, transformée pour l’occasion en restaurant éphémère.

Armée de tous les ingrédients nécessaires, préparés en amont pour minimiser le dérangement chez ses convives, mais aussi d’une batterie d’assiettes afin de ne pas laisser la moindre vaisselle à faire, Anaïs se met au travail d’emblée avec professionnalisme et efficacité. Enthousiaste et avenante, elle parle avec plaisir de son métier et de sa passion pour la cuisine, mais sait aussi se faire plus discrète, un point positif si votre cuisine est ouverte et que vous avez envie d’accorder à certains moments toute votre attention à vos invités. Prévue pour des groupes de minimum six personnes, la formule proposée par Le Lauriers revient à 70 euros par personne pour quatre services (précédés de mises en bouche) sans les boissons. Un prix plus que raisonnable quand on le compare à ceux pratiqués par certains établissements, d’autant qu’ici, nul besoin de payer une place de parking ou de décider qui est Bob puisque le restaurant s’invite dans le confort de votre domicile.

Lire aussi: 4 traiteurs liégeois qui sortent de l’ordinaire

Anaïs Le Lauriers Liège

Lors de sa venue, le printemps avait beau ne pas chanter niveau météo, il enchantait déjà les étals des maraîchers, et Anaïs avait prévu un menu qui mettait en valeur le meilleur des ingrédients saisonniers. En l’occurence:

Asperges vertes du pays / Coeur de Burrata / Serrano / Pesto d’ail des ours / Tuile de pain
*
Cabillaud nacré / Réduction de bisque de homard / Coques / Citron confit / Piquillos
*
Agneau en deux façons / Fenouil braisé et en salade / Jus confit / Béarnaise au siphon
*
Déclinaison autour des agrumes / Meringue / Ganache au chocolat blanc / Piment

 

Le tout annoncé par une farandole de mises en bouche allant de la sucette de saumon au caviar de hareng fumé à la croquette chaude de Pecorino, et accompagné tout au long du repas de baguette moelleuse à volonté pour ne laisser échapper aucune goutte des sauces préparées avec maîtrise par celle qui cultive Le Lauriers avec goût et inventivité.

Le Lauriers Liège

Le Lauriers, un bouquet (gustatif) garni

Les cuissons sont parfaitement maîtrisées, tout comme le jeu de textures qu’on découvre avec plaisir dans chaque assiette, et du haut de sa vingtaine, Anaïs fait honneur à Corneille en faisant preuve d’une maestria qui rappelle que dans la vie comme en cuisine, la valeur n’attend pas toujours le nombre des années. Au-delà des aspects gustatif et visuel, plus que réussis, on apprécie également tout particulièrement l’attention portée par la cheffe à la préparation préalable de chaque plat, pour minimiser le temps d’attente entre les services, ainsi qu’à la composition de ces derniers: malgré une cuisine en plein coeur du salon, le repas n’a été troublé par aucune odeur de cuisson intempestive, alors même qu’aussi bien des croquettes que du poisson étaient au menu.

Le Lauriers Liège

Le Lauriers Liège

Au moment de croquer dans son cercle de meringue à la consistance parfaite, on regrette que le repas ne puisse pas durer un moment encore tant on s’est régalés, du fond comme de la forme. Pouvoir assortir chaque proposition d’un flacon choisi avec gourmandise (sans droit de bouchon prohibitif) était un plaisir, tout comme celui de n’avoir que quelques pas à faire entre l’enfilage de la tenue choisie pour l’occasion et le passage à l’apéritif dans le salon.

Le Lauriers Liège

La jeune fondatrice du Lauriers est souriante, professionnelle et drôlement douée, et c’est avec plaisir qu’on fera à nouveau appel à ses services, qu’on recommande chaleureusement. Seul regret: qu’elle ne propose pas également sa formule pour des têtes-à-têtes gastronomiques, et qu’une version traiteur ne soit envisagée (à l’heure d’écrire ces lignes) que durant la période des fêtes. C’est qu’on se verrait bien commander une pleine tablée des zakuskis chics de celle qui vient cuisiner en uniforme parfaitement repassé, une paire d’Air Jordan aux pieds, « pour rappeler que ce n’est pas parce qu’on est dans le registre du gastronomique que ça doit forcément être guindé ». Rappel dûment (et délicieusement) noté.

Le Lauriers

Contact via Instagram

Chargée de la rubrique "La Semaine" du Vif Weekend, Kathleen prête également sa plume à Flair, VICE, Le Vif ou encore Wilfried, avec une préférence pour les sujets de société et politiques. Mariée avec Clément, co-rédacteur en chef de Boulettes Magazine, elle a fondé avec lui le semestriel SIROP, décliné à Liège et Bruxelles en attendant le reste du pays.