Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Trottinettes électriques Liège DR

8 rappels que l’enfer, c’est les trottinettes électriques

L’enfer, c’est « les autres »? Jean-Paul, please, ça se voit que tu n’es pas né à l’époque des trottinettes électriques, officiellement un « moyen de transport » mais en vrai une armée de suppôts de Satan descendue sur terre pour faire de notre vie un ENFER. 

La preuve en 8 situations que tout qui habite Liège doit subir.

1) Trottinettes électriques qui coulent n’amassent pas Meuse

Ou la version liégeoise du célèbre adage. Vous nous direz, maintenant que la Meuse en question a repris sa jolie couleur boue foncée après l’azur transparent du premier confinement, on voit moins toutes les trottinettes électriques échouées au fond: c’est une manière de voir la Meuse à moitié pleine et on applaudit votre optimisme.

(NB: Liège serait « la ville la plus difficile de Belgique » pour les loueurs. On compatit, reprenez vos brols et partez, problème réglé)

2) Le rond point Saint-Lambert

De base, le rond point Saint-Lambert aux heures de pointe = la pénibilité suprême. Mais si vous ajoutez une petite trotti des familles qui se monte tranquilou-bilou la bande de gauche, voie directe vers l’E40, à du 10 à l’heure max alors même que vous êtes déjà à la bourre, vous obtenez un test de zénitude auquel même le Dalaï Lama échouerait.

3) Le Ravel

Dans la vie d’avant les trottinettes électriques, il y avait déjà certains passages où la cohabitation entre piétons et cyclistes était quelque peu tendue, pour le dire poliment. Ajoutez à ça des gugusses qui filent à toute vitesse (enfin, on se comprend hein) sur leurs engins et tout de suite la tension est autrement plus compliquée à gérer. Surtout que ces saloperies ont des sonnettes aussi.

4) Le parking sauvage

« Oh tiens, la devanture d’un resto/le milieu d’un trottoir hyper étroit/la porte d’entrée d’une habitation/la descente des escaliers de la Passerelle, chic alors, c’est l’endroit parfait pour juste garer ma trottinette électrique ». Hi hi hi.

5) Les chauffards

Oui, on mesure bien le ridicule d’utiliser le terme pour désigner de grands bébés qui vivent une seconde jeunesse attardée juchés sur le moyen de transport fétiche de leurs jeunes années, celles où leur âge se comptait à l’aide d’un seul chiffre. Mais tout qui a déjà failli faire un frontal avec un trottinetteur (trottinard?) lancé à fond de balle, de préférence dans le mauvais sens, sait de quoi on parle.

6) Les Roméo et Juliette de la trottinette

Vive la vie. Vive l’amour. Vive le romantisme. Pas vive les couples qui cumulent 30 ans max à eux deux et errent n’importe comment collés-serrés sur leur fière (lolz) monture en zigzagant ivres d’amour (ils n’ont pas l’âge légal pour boire) sur la route. Regardez droit devant vous et prenez chacun votre trottinette, merde, dans 2 mois max vous serez séparés anyways, personne ne reste avec son amour prépubère.

7) Les pros du slalom

Sur une piste de ski, pour obtenir son Chamois ou épater le moniteur ou la monitrice trop sexy, OK. Entre la route et le trottoir, pour aucune autre raison qu’être un danger public insupportable? Non. Hors de question.

8) Les trottinettes électriques tunées

De base, à chacun son passe-temps, mais bon, le tuning, déjà, hein. Mais alors pour pimper le moteur d’un engin de malheur qui a limite l’air encore plus ridicule (si tant est que ce soit possible) en faisant du 32km heure au lieu de ses petits pics à 8-10? QUI SE DIT QUE C’EST UNE BONNE IDEE? QUI?!?

Des psychopathes, voilà qui.

Bon et sinon, tant qu’on boude: 

Chargée de la rubrique "La Semaine" du Vif Weekend, Kathleen prête également sa plume à Flair, VICE, Le Vif ou encore Wilfried, avec une préférence pour les sujets de société et politiques. Mariée avec Clément, co-rédacteur en chef de Boulettes Magazine, elle a fondé avec lui le semestriel SIROP, décliné à Liège et Bruxelles en attendant le reste du pays.