Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Une bière par mois pour sauver le KulturA - Unsplash

Une bière par mois pour sauver le KulturA, la campagne qui a t’houblon

T’houblon! Ah! Parce que c’est de la bière! Tu l’as? Blague à part, la situation est grave, au KulturA, forcé comme l’ensemble des établissements culturels de rester fermé depuis de nombreuses semaines, pandémie oblige. La solution trouvée par ce joyeux hybride de centre culturel, bar et salle de concert? Faire appel à la légendaire solidarité liégeoise, avec sa campagne « Une bière par mois ». 

Mais du coup, comment ça marche, parce que des bières, on en boit plus d’une par semaine même, sans vraiment comprendre comment on aide le milieu culturel… En réalité, il s’agit ici d’une allégorie, le KulturA ayant lancé une campagne de financement participatif pour éviter de couler, et rappelant aux généreux donateurs qu’il n’y a pas besoin d’avoir la fortune de Crésus pour faire une différence: « pour à peine le montant d’une bière par mois, si vous êtes suffisamment nombreux, nous pourrons nous préparer sereinement à vous accueillir à nouveau quand cela sera raisonnable et safe » souligne l’équipe.

Lire aussi: Ils venaient d’ouvrir leurs restos, puis le confinement est arrivé

 

View this post on Instagram

 

A post shared by KulturA. (@kulturaliege) on

La solidarité s’organise pour sauver le KulturA

Et leur message semble avoir résonné à Liège, puisqu’en une vingtaine de jours seulement, plus de 10 000€ ont déjà été récoltés auprès d’un peu plus de 500 contributeurs, amoureux du lieu et de son esprit ainsi que les décrit JF Jaspers, fondateur du label indépendant Jaune Orange et membre des créateurs de Kultura. Et s’il se réjouit du bel élan de solidarité déjà engagé, il ne s’agit pas de baisser les bras.

« L’avenir du KulturA se jouera dans les prochains mois (sachant que nous serons certainement parmi les derniers à pouvoir rouvrir). Les pertes sèches de cette période d’inactivité s’annoncent énormes et risquent d’entamer de façon irréversible notre trésorerie déjà fragile ».

La salle fonctionne en effet en grande partie sur fonds propres, et reste à flots notamment grâce à son public, privé de concerts depuis plusieurs mois déjà.

Envie de participer à la collecte? Rendez-vous ici.

Lire aussi:

Journaliste politique, lifestyle et société pour Flair Belgique, Kathleen écrit également pour Le Vif, VICE ou encore Wilfried, et partage sa vie ainsi que la gestion de Boulettes Magazine avec Clem, son fiancé et co-rédacteur en chef. Passionnée de lecture et d'écriture depuis son plus jeune âge, cette Liégeoise au tempérament voyageur a fondé Boulettes Magazine en 2015 avec sa meilleure amie, Juliette Salme.