Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Bunny Burger Liège DR Robin Kellinger

Bunny Burger nous a smashé la gueule

Ou le museau, plutôt? Reste que Bunny Burger est un chaud lapin et qu’entre ses smash burgers crapuleux à souhait, sa déco léchée, ses cocktails délicieusement traîtres et sa sélection de vins naturels, l’adresse a un peu tout pour plaire. 

Et pourtant, on l’avoue, on avait un peu trainé la patte avant d’y aller. « Encore un resto de smash burgers? » qu’on avait l’audace de geindre, alors qu’il y a quelques mois encore on aurait tout donné pour que Liège s’inspire de Berlin, de mille façons idéalement mais déjà simplement en accueillant un resto de smash aussi exquis que Burgermeister.

Pour Xavier, David et Tim, les trois potes à l’origine de l’adresse, l’inspiration est plutôt venue de l’autre côté du Rhin, à Paris en l’occurence avec les burgers désormais cultes de chez Dumbo. Une inspiration qu’ils mûrissaient de longue date, le bail ayant été signé en février dernier, mais les aléas de la construction (en pleine pandémie qui plus est) font qu’ils auront finalement ouvert cet été, après Spratchie’s et Beeef. Un positionnement que David prend avec philosophie (« ça nous a laissé plus de temps pour peaufiner notre projet ») et qui fait honneur à la chanson de Céline Dion. Parole de viandards qui ont goûté à l’offre des trois adresses.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

Bunny, le (smash) burger bon beau belge

Avant même d’avoir goûté quoi que ce soit, en l’occurence, Bunny Burger se distingue par le cadre dans lequel il accueille les gourmets. Car oui, ainsi que l’équipe du Huggy’s l’a rappelé dès le début des années 2010, un burger, ça peut être tout autre chose que de la malbouffe, voire même, ça peut se savourer au restaurant plutôt que se bâfrer dans un fast-food. Brique apparente, néon, rose omniprésent: on vient chez Bunny tant pour manger que pour prendre des selfies s’il faut en croire les tables avoisinantes, et (ceux qui savent sauront) contrairement à d’autres adresses similaires qui envoient aussi la sauce, ici, il n’y a pas la moindre odeur de friture à déplorer. Manger un smash qui graisse les doigts, oui, mais se trahir le lendemain en ayant les cheveux qui sent l’huile de cuisson, non.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

C’est beau, donc, mais c’est beau aussi: bien qu’il soit difficile d’imaginer phrase plus prétentieuse à glisser dans un article, pour avoir mangé de vrais smash burgers à Detroit, on peut affirmer que ceux-ci seraient tout à fait à leur place dans le Midwest. Le secret? D’abord, les incroyables potato buns préparés chaque jour avec amour par Claude, présent chez Bunny Burger dès quatre heures du matin pour pétrir la pâte et y incorporer de la purée de pommes de terre maison plutôt que de la fécule.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

De véritables nuages de bonheur qui ne méritant que le meilleur, or justement le trio à la tête de l’établissement a le goût des produits nobles et prépare tout maison « sauf la viande » mais y compris les sauces, en ce compris une chili mayo délice aux faux airs de Samouraï. Miam. Ajoutez à cela les cocktails aussi jolis qu’exquis (commandez le sour, une tuerie traitre dont le goût évoque les tubes de bubblegum des 90s) de Maxime, le mixologiste maison qui s’est formé à New-York, excusez du peu, et puis la sélection de vins naturels pour se rincer le gosier après, ou pendant ou les deux en fait et vous obtenez un sans faute. Voire même, un résultat addictif au possible, parce que quand tu te smashes la gueule en soirée chez Bunny Burger et que, les papilles excitées par chaque bouchée de leurs burgers juteux (énorme coup de coeur pour le Bunny, mais le classique est excellent aussi et il existe une option veggie) tu enchaînes cocktails et vin naturel, le lendemain, tu as la gueule de bois.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by BUNNY (@bunnyburgerliege)

Et qu’est-ce que tu as envie de dévorer depuis les profondeurs de ta GDB? Et oui, un Bunny. Ils sont malins ces lapins.

Bunny Burger

Rue de la Casquette 15 / Bientôt dispo sur Deliveroo et bientôt aussi des afterwork chaque dernier jeudi du mois

Facebook / Instagram

Photo de couverture: Robin Kellinger pour Bunny Burger

Chargée de la rubrique "La Semaine" du Vif Weekend, Kathleen prête également sa plume à Flair, VICE, Le Vif ou encore Wilfried, avec une préférence pour les sujets de société et politiques. Mariée avec Clément, co-rédacteur en chef de Boulettes Magazine, elle a fondé avec lui le semestriel SIROP, décliné à Liège et Bruxelles en attendant le reste du pays.