Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Mimi Pâtisserie Liège

Ne cherchez plus les plus beaux gâteaux de Liège, ils sont chez Mimi Pâtisserie

Pour un mariage, un baptême, un anniversaire ou simplement réenchanter l’heure du goûter, les plus jolis gâteaux de Liège se dévorent avec les yeux et à belles bouchées chez Mimi Pâtisserie alias Mélanie Kuta, une Liégeoise créative passée de l’édition à la cuisine. 

Mélanie a ce qu’on appelle une imagination fertile, ou plutôt, tous les ingrédients nécessaires pour mieux rêver, mais justement, les métiers manuels ne font pas toujours rêver les jeunes filles, alors la Liégeoise de 32 ans a plutôt étudié la littérature à l’Université de Liège, avant de suivre la voie royale et d’entrer dans une maison d’édition. Un boulot où elle reste 5 ans, même si elle se rend rapidement compte qu’il n’est pas fait pour elle: « rester derrière un ordinateur toute la journée, ça ne me convenait pas, j’avais besoin de plus de créativité ». Seulement voilà, « l’unif’ ça mène à tout », mais ça peut aussi mener à rien quand on a envie de se reconvertir.

« Avec mon diplôme, difficile de trouver quelque chose de différent. J’ai donc décidé de prendre des cours du soir en pâtisserie pendant deux ans. J’ai fait mon premier stage dans une boulangerie et ça a été le déclic ! »

Dans la foulée, Mélanie part pour Londres, où elle fait ses classes dans la prestigieuse école Le Cordon Bleu, et elle lance son blog en parallèle, Mimi’s Cooking Club. Les ingrédients pour « Mimi Pâtisserie » étaient réunis, il n’y avait plus qu’à laisser le temps à la pâte de lever. Et quoi de mieux pour lui donner l’impulsion que d’enchaîner les stages, notamment chez Yotam Ottolenghi, relativement peu connu ici mais véritable star outre-Atlantique, à la tête d’un empire de restaurants aux influences orientales et également auteur d’alléchants livres de cuisine.

« C’était mon meilleur job, on était une petite équipe, il y avait beaucoup de boulot mais on se serrait les coudes. Mon meilleur souvenir. Par contre, ma pire expérience, c’est un stage dans un restaurant triplement étoilé. Des journées de travail interminables, un gaspillage totalement indécent, et que dire de leur consommation de plastique… J’ai pris mes jambes à mon cou après quelques jours ! »

Mimi Pâtisserie Liège

Mimi Pâtisserie Liège

Et après plus d’un an passé dans la capitale britannique, c’est tout naturellement vers la Belgique que ses jambes l’ont ramenée. Mimi Pâtisserie était née. D’un côté, des ateliers de pâtisserie, organisés dans sa maison de Naimette et donnés par petits groupes de 8 personnes maximum, avec des thèmes qui changent selon les saisons et les occasions.

« On réalise 5 à 6 recettes ensemble et chacun repart avec une boîte remplie de pâtisseries ! Quand les beaux jours reviendront, j’aimerais planter un maximum d’arbres fruitiers et de plants de fleurs comestibles, pour ne plus avoir qu’à se servir au moment de décorer les gâteaux »

Lire aussi: Chinois ou chez toi ? Cours de cuisine asiatique chez Takimy

Mimi Pâtisserie Liège

Mimi Pâtisserie Liège

En parallèle, il y a la partie « traiteur sucré ». Au menu, des entremets, des tartes, des mignardises et surtout, ‘des number cakes, qui font fureur pour le moment !’ Peu importe la taille de l’évènement, un petit goûter du dimanche chez mamy ou un mariage, on passe commande sur le site internet de Mimi Pâtisserie, avec une semaine de délai au minimum, parce que « comme je travaille seule, ça me laisse le temps de m’organiser au mieux ». Et niveau tarif aussi, les créations de Mélanie laissent un goût tout doux en bouche: « la plupart des ateliers de pâtisserie sont à 55 euros. Pour les gâteaux, cela dépend, les mignardises comme les macarons démarrent à 1 euro/pièce, pour les entremets c’est 3,50 euros par personne… J’essaie de viser au plus juste, en privilégiant la qualité des produits ».

Mimi Pâtisserie Liège

Mimi Pâtisserie Liège

Une approche inclusive, qui correspond bien à la vision qu’à Mélanie de la pâtisserie.

« C’est hyper fédérateur. On se rassemble autour d’un gâteau d’anniversaire, on grignote entre copains autour d’un buffet de mariage, de communion… Même si on n’a pas forcément le bec sucré, je pense qu’on se laisse toujours tenter ! »

Et de raconter avec enthousiasme son plaisir quand elle voit « le visage des enfants qui découvrent leur gâteau, ou de recevoir des messages positifs des familles, des jeunes mariés, etc. ! Je me dis que j’ai un petit peu contribué au bonheur des gens ce jour-là, et ça, ça me booste ! ». Tout comme sa passion pour la création: « j’aime tout !! J’ai un faible pour le chocolat, sous toutes ses formes. Et les desserts de Noël », confie celle qui avoue toutefois toujours trembler au moment d’enfourner une plaque de macarons.

Mimi Pâtisserie

Mimi Pâtisserie

Et si ses créations se distinguent au premier coup d’oeil par leur esthétique recherchée, hautement photogénique, Mélanie ne succombe pas aux sirènes des apparences pour autant: la pâtisserie se mange avec les yeux, certes, mais c’est avec les papilles qu’on l’apprécie. « L’aspect esthétique est important, parce que l’on mange d’abord avec les yeux. Après, la top priorité, c’est le goût, faut vraiment que ça soit bon! ».

Mimi Pâtisserie

Site Internet

Page Facebook

Page Instagram

Photos fournies par Mimi Pâtisserie, copyright Julien Stevens

Plus de gourmandises?

Passionnée de lecture et d'écriture depuis son plus jeune âge, cette Liégeoise au tempérament voyageur a fondé Boulettes Magazine en 2015 avec Juliette Salme. Journaliste politique, lifestyle et société pour Flair Belgique et Le Vif, Kath partage sa vie et la gestion de Boulettes avec Clem.