Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Les hérissons sont menacés par les tondeuses automatiques - Unsplash

Pourquoi Christine Defraigne veut interdire les tondeuses automatiques la nuit

Parmi les prédateurs du hérisson, on retrouve le hibou, le renard, le blaireau… Et les tondeuses automatiques. Lancées par les particuliers aux heures de sorties préférées de ces petits mammifères, elles leur sont malheureusement fatales lorsqu’elles croisent leur route. Sur la lancée d’associations de sauvegarde ayant appelé à changer d’horaires de tonte, Christine Defraigne va plus loin et veut interdire les tondeuses automatiques la nuit. 

Rien ne semble désormais plus arrêter l’Echevine liégeoise du Bien-Être Animal (MR). Après le vote au Conseil Communal de ce lundi 25 mai d’une loi prévoyant des amendes administratives sévères en cas de maltraitance animale à Liège, Christine Defraigne veut désormais faire interdire l’utilisation des tondeuses automatiques de nuit en région liégeoise. Une lubie? Au contraire: ainsi qu’elle l’explique, « cette interdiction est essentielle pour protéger les hérissons ».

« En effet, depuis la fin de l’hiver, ces animaux nocturnes sortent de leur habitat pour aller dans nos jardins y trouver de quoi se nourrir. Malheureusement, ils rencontrent très souvent des robots-tondeuses. Les robots-tondeuses que certains laissent tourner durant toute la nuit, sont dangereux pour les hérissons, comme pour d’autres animaux qui se retrouvent dans nos jardins. Elles sont silencieuses et ne détectent pas les si petits animaux. De trop nombreux hérissons sont dès lors tués dans les jardins ».

Lire aussi: Jusqu’à 10.000€ d’amende pour la maltraitance animale à Liège

Les hérissons sont menacés par les tondeuses automatiques - Unsplash

Les tondeuses automatiques sans pitié envers les hérissons

Un message qui fait notamment écho à celui relayé il y a quelques semaines de cela par le Creaves d’Andenne, après que de nombreux hérissons mutilés par des tondeuses robot ne leur aient été apportés, sans qu’aucun ne survive à ses blessures.

« Vous allez me dire qu’elle s’arrête quand elle touche un obstacle….mais le museau du hérisson est au ras du sol et pointu donc la lame le touchera avant que la tondeuse ne détecte un obstacle ».

Et de souligner que pour préserver les hérissons d’une mort certaine et cruelle, il s’agit de ne faire « tourner votre tondeuse robot que la journée, JAMAIS à l’aube, ni la nuit ni au crépuscule ». Christine Defraigne va elle plus loin en voulant interdire purement et simplement l’utilisation des tondeuses automatiques de nuit. Hérétique? Du tout, car au-delà du bien-être animal, il ne faudrait pas oublier que les hérissons sont de précieux alliés de la biodiversité, ainsi que le rappelle l’Echevine sur sa page Facebook.

« Le hérisson est un précieux auxiliaire du jardinier, il dévore les limaces, escargots, vers, chenilles, larves et autres insectes nuisibles. Il joue un rôle primordial de substitution à l’agriculture industrielle au même titre que les abeilles ».

S’il n’existe pas à l’heure actuelle d’étude à l’échelle de la Région wallonne, l’élue MR rappelle que « selon de nombreux observateurs et observations, ces mammifères ne cessent de diminuer d’année en année. La sauvegarde de cet allié de la nature peut facilement être mise en place et répond à une demande de plus en plus grande de la population ». Envie de participer à la préservation de l’espèce? Sachez qu’au-delà de la plus grande prudence quand il s’agit des heures d’utilisation de votre tondeuse robot, vous pouvez également leur construire un abri dans votre jardin.

Lire aussi: 

Photos de hérissons: Unsplash

Journaliste politique, lifestyle et société pour Flair Belgique, Kathleen écrit également pour Le Vif, VICE ou encore Wilfried, et partage sa vie ainsi que la gestion de Boulettes Magazine avec Clem, son fiancé et co-rédacteur en chef. Passionnée de lecture et d'écriture depuis son plus jeune âge, cette Liégeoise au tempérament voyageur a fondé Boulettes Magazine en 2015 avec sa meilleure amie, Juliette Salme.