Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Commu ULiège XX août DR Boulettes Magazine

10 preuves que tu as étudié Commu à l’ULiège

Commu ça mène à tout, ou bien à rien, ça dépend à qui on demande. Mais ce qui est certain, c’est qu’à l’ULiège, ça amène à se trouver confronté.e à ces 10 situations et bien d’autres encore. Les vrai.e.s savent. 

  1. Tu sais que t’es dans la mouise si tu as oublié de faire charger ton ordi avant un cours au grand physique

Ah ça, pour faire des amphis les plus inconfortables possibles, ils sont là, par contre quand il faut y mettre des prises il n’y a plus personne.

via GIPHY

  1. Tu as galéré avec tes fiches pour le cours d’histoire du cinéma

HDC, c’est un peu la bête noire des étudiants en Commu. On t’en avait parlé, tu savais que ça allait arriver, mais tu n’as réellement compris la douleur de ces fiches qu’après t’y être attelé.e. Un scénario catastrophe, on appelle ça.

via GIPHY

  1. Tu connais le manque de place à la cafet’ du XX août

Est-ce qu’on peut réellement appeler ça une cafet’ d’ailleurs ? Très vite, tu t’es résigné.e à te trouver un petit coin douillet pour manger ton dîner autre part que dans ce cagibi bondé, les escaliers par exemple.

via GIPHY

  1. Tu sais que le XX août est un vrai labyrinthe avec une absence complète de logique

Le grand physique ? Ah oui, alors le grand physique c’est en dessous du petit physique mais au-dessus du moyen physique.” C’est clair non ?

NB: contrairement à un vrai labyrinthe, ici, garder une main au mur ne t’amènera pas à la sortie mais juste à récolter quelques regards interloqués.

via GIPHY

  1. Tu as cours toute l’année au XX août, mais tu n’es pas surpris.e de devoir te rendre jusqu’au Sart Tilman pour un examen ou l’autre

Et lors de cet examen, tu te rends compte à quel point les étudiants du Sart Tilman sont chanceux. Ah ben oui, ici les prises et le confort ne manquent pas.

via GIPHY

  1. Quand tu te rends à ton cours à l’Opéra t’as un peu l’impression de rentrer en boîte

Avec un contrôle intransigeant à l’entrée, digne d’un sorteur des clubs les plus sélects en mode “pas de carte pas d’entrée” et presque une fouille de sac pour s’assurer que tu ne rentres pas avec l’un ou l’autre aliment ou boisson venus de l’extérieur.

Juste pour le manque de sensations, on y ferait bien un tour en cette période de COVID…

via GIPHY

  1. Tu connais ce moment d’incompréhension et de doute quand tu découvres la deuxième Madame Servais

De vraies sœurs jumelles, toutes les deux profs dans la même filière, fallait le faire quand même… Only in Commu. 

via GIPHY

  1. Tes soirées à la maison sont égayées par les blind tests de Monsieur Geuens

Bien que tu te passerais volontiers de revoir un vendredi soir la tête de certains de tes camarades, quand un prof donne de son temps et de sa personne pour égayer ce confinement, il faut quand même le signaler. Et participer.

via GIPHY

  1. Tu as souvent relu tes notes en te demandant si tu avais loupé un morceau du cours ou si ton prof avait vraiment prononcé cette phrase

Est ce que la classe des classes qui ne sont pas membres d’elles-mêmes est membre d’elle-même ? Elle est membre d’elle-même si elle est une classe qui n’est pas membre d’elle-même, puisque c’est la classe des classes qui ne sont pas membres d’elles-mêmes. Donc elle est membre d’elle même si elle ne l’est pas.

via GIPHY

  1. Tu n’as pas pu éviter les remarques sur tes études

Et encore, t’as déjà de la chance si ton interlocuteur qualifie « Commu » d’études… Mais tu ne peux pas échapper aux remarques du style : “Ce sont les études qu’ont choisi ceux qui ne savaient pas quoi faire d’autre” ou encore “Tout ça pour finir caissier chez IKEA”.

via GIPHY

Et le pire c’est que malgré ça, tu kiffes Commu et ta faculté. Peut-être que ce sont juste des études qui mènent à la folie ou au masochisme, qui sait.

Lire aussi: 

Boulettes Magazine, c'est une publication en ligne faite par et pour des Liégeois, avec l'envie de mettre en avant toutes les initiatives qui rendent la Cité si ardente... et parfois aussi souffler sur ses flammes quand c'est nécessaire :)