Boulettes Magazine

Le magazine gourmand de découvertes
TOP
Lodji - Saint-Martin de Belleville - 3 Vallées - DR

Lodji, l’hôtel qui amène le Toré et le Carré au coeur des 3 Vallées

Jolie contraction de « lodge » et « Lîdge », le Lodji s’apprête à ouvrir ses portes à Saint-Martin de Belleville, au coeur de l’incroyable domaine des 3 Vallées. Un hôtel qui, comme son nom l’indique, a été rénové de fond en comble par des Liégeois, qui comptent bien amener un peu de la Cité ardente dans les Alpes françaises. 

À l’origine du projet, une famille liégeoise à la fibre entrepreneuriale bien développée. À sa tête, René Baudinet, un entrepreneur de la région, qui a racheté il y a une quinzaine d’années l’Alp Hotel avec pour objectif de le transformer en appartements, pour finalement garder la vocation hôtelière sous injonction du maire, pour lequel un hôtel qui ferme « c’est un échec, et un échec dans mon village, je n’en veux pas ». Qu’à cela ne tienne, René Baudinet et son associé de l’époque ont gardé leur hôtel, moyennant une extension leur permettant de l’agrandir. Un hôtel à la situation idéale mais au look quelque peu suranné, raison pour laquelle il s’y est associé avec ses deux fils, Laurent et Pierre, le trio ayant décidé de lui offrir une peau neuve et avec elle, une nouvelle identité qui fait la part belle à la liégitude. Chauvins, les Principautaires? Non, juste fiers, et avec Lodji, la fierté atteint des sommets justifiés.

Lodji - Saint-Martin de Belleville - 3 Vallées - DR

Lodji - Saint-Martin de Belleville - 3 Vallées - DR

Lodji, une histoire de Liégeois et de famille

À commencer par celle ressentie par René Baudinet envers ses deux fils, véritables chevilles ouvrières du projet, ainsi qu’il s’empresse de le préciser. Un projet auquel lui-même avait quelque peu renoncé, après des débuts difficiles lors de l’achat de l’Alp Hotel. C’est que malgré l’engagement du maire pour l’agrandissement du complexe, « en France, ce n’est pas facile, il y a des consultations publiques et un chien avec un chapeau peut s’opposer au projet de quelqu’un » sourit René Baudinet, qui a malheureusement croisé ce genre de cabotin sur sa route. Qu’à cela ne tienne: il décide alors de mettre l’hôtel en location, faute de pouvoir lancer le projet dont il rêvait, avec des hauts et des bas selon les gérants, jusqu’à ce que la seconde génération décide de s’impliquer dans l’aventure.

« J’ai deux fils, l’un est ingénieur aérospatial et l’autre, ingénieur commercial, et un jour mon aîné, Laurent, qui s’occupait de la gestion de l’hôtel à distance, m’a suggéré de reprendre le projet d’agrandissement. J’ai décidé de suivre son instinct, même si c’est très difficile en tant que Belge d’obtenir un crédit immobilier en France ».

Et ce même quand, comme René, on est à la tête d’une société immobilière familiale dans l’Hexagone, sa « Douce France » mettant en location des propriétés à la montagne mais aussi à la Côté d’Azur et en Dordogne. Un joli coup pour celui qui confie sans embarras, avec le franc-parler qui le caractérise, ne pas être « quelqu’un d’instruit. J’ai fait l’école d’horticulture, et même ça je n’ai pas réussi » rit René Baudinet. Qu’importe: réussir dans les affaires repose moins sur les diplômes que sur le flair, et ça, justement, l’entrepreneur installé aujourd’hui à La Reid en a à revendre.

Lodji - Saint-Martin de Belleville - 3 Vallées - DR

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

À commencer par une aptitude à s’entourer des bonnes personnes pour concrétiser ses projets. « Le chantier a démarré en janvier de l’année dernière, explique l’heureux propriétaire du Lodji. On annonçait l’ouverture pour la mi-janvier 2021 et on est toujours dans les délais, malgré le COVID-19. Tout ça, c’est grâce à Antoine Charles, un assistant à la maîtrise des ouvrages exceptionnel. Mes deux fils ont travaillé comme des enragés aussi, ce sont les vraies chevilles ouvrières du projet, je ne veux pas tirer la couverture à moi » assure celui qui mentionne également le beau travail réalisé par Kevin Bona, en charge de la décoration de ce lodge d’un goût exquis.

Entre tradition et modernité

Si les inconditionnels de la montagne (bois, peaux et autres détails hygge) sont bien présents dans la déco, ils s’intègrent dans une ambiance moderne et lumineuse, qui réussit le pari d’être à la fois épurée et follement chaleureuse. « L’hôtel est passé de 1500 à 6000 mètres carrés, dont 1000 mètres de terrasse avec deux jacuzzis » s’enorgueillit René, qui a également prévu une piscine dans son nouveau joyau au pied des pistes. Des pistes dont il vante la réputation avec l’enthousiasme du converti.

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

Un peu de Liège aux 3 Vallées

Apprenant le penchant revendiqué de l’auteure de l’article pour les Portes du Soleil, et Avoriaz en particulier, il se lance dans une tirade enthousiaste. « Il faudra que vous changiez de domaine alors! C’est pour rire, mais plus sérieusement, à une heure seulement des Portes du Soleil, les 3 Vallées offrent 15 à 20% de hauteur de sommet en plus. Je suis allé plein de fois skier à Châtel ou Avoriaz et je ne veux pas critiqué, mais quand j’ai découvert les 3 Vallées, je n’ai jamais plus quitté le domaine ».

« Sous ses airs de petite station, Saint-Martin de Belleville est en réalité la plus grande station de sports d’hivers au monde. Pour préserver l’aspect de village campagnard, les responsables ont choisir de construire Val Thorens et les Ménuires plus haut, sur des lieux-dits, mais ils appartiennent au même domaine ».

Avec, à la clé, près de 700 kilomètres de pistes accessibles, « sans parler des hors-pistes, incalculables tellement il y en a partout » assure René Baudinet. « Saint-Martin est une énorme station, même si elle n’en donne pas l’impression, parce que c’est avant tout un village authentique, LE village des 3 Vallées. Nul part ailleurs sur le domaine on ne trouve d’endroit où des locaux vivent à l’année, d’ailleurs, s’il n’y a pas de sapins ici, c’est parce que ça fait 200 ans que les locaux les coupent pour se chauffer ou construire meubles et maisons ». Et René Baudinet d’ajouter en riant que « quand vous descendez la piste, si vous allez trop vite, vous risquez de foncer dans l’hôtel. On a une vue imprenable sur la vallée ».

Un domaine d’exception et un village idyllique auxquels l’entrepreneur a tenu à apporter une dose bienvenue de Liégitude.

« Quand j’ai acheté l’hôtel en 2004, il appartenait à une allemande, qui y servait une nourriture typique roborative à une clientèle majoritairement germanophone. Une fois qu’on a pris possession des lieux, des amis y sont venus en vacances et les Allemands ont progressivement laissé leur place aux Liégeois et aux Verviétois, qui sont devenus la clientèle principale avec les Français et les Anglais, ce qui est anormalement élevé car normalement ces derniers représentent plus de 50% du public des 3 Vallées ».

« Retrouver des Belges dans les trois nationalités les plus présentes démontre l’effet boule de neige qu’on a eu, et je n’ai pas eu envie d’arrêter une boule qui roule mais bien d’amplifier son mouvement » sourit le patriarche. Mais attention, pas n’importe comment.

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

« J’habite La Reid, et que je vois les camps scouts qui s’installent et font flotter un drapeau flamand, ça me rend fou. On est en Wallonie, qu’ils le mettent à côté du drapeau belge, limite, mais on n’est pas en territoire conquis, c’est insupportable ».

« Je n’avais pas envie de donner l’impression qu’on était un ‘hôtel belge’ en France bien disséminer dans l’établissement quelques clins d’oeils subtils, immédiatement compris par les gens de chez nous ».

Parmi ceux-ci, un bar en forme de carré, « je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi », un majestueux escalier en Chêne répondant au nom de Bueren et la suite Prince-Evêque. « Aucun client qui ne vient pas de Belgique ne trouvera ça bizarre, par contre les Liégeois, eux, comprendront et trouveront ça drôle » sourit René Baudinet, qui a voulu élargir les clins d’oeil au reste du pays, notamment par le biais du snack de l’hôtel, le Volle Petrol, où les serveurs porteront des t-shirts imaginés par Olivier Debie et sur lesquels on pourra lire « ké novelle à Lîdge » mais aussi « quelle clette ce peye ». Le clou du spectacle?

« Je voulais installer une oeuvre devant l’hôtel et forcément, le taureau s’est imposé naturellement. On est partis sur une oeuvre monumentale en acier, dessinée par l’artiste Blasius et réalisée dans les ateliers Melens Dejardin, à Jupille ».

Une oeuvre qui sera pile en face du restaurant de l’hôtel, Au Toré. « Ce qui ne veut pas dire qu’on va servir des boulets-frites non plus, assure René Baudinet. On va rester dans la cuisine traditionnelle française ». Et servir, en prime, un pieux mensonge aux locaux: « derrière la sculpture, on a un gros plan sur la montagne, il y a comme une impression de corne. C’est une petite pirouette pour faire comprendre ce choix aux locaux. Les Liégeois, eux sauront ».

Lodji - Hôtel liégeois 3 vallées- DR

Un savoir acquis dès le nom de l’établissement, joyeux hybride de wallon savoyard. « Changer le nom de l’hôtel en même temps que les rénovations était évident, parce que l’établissement n’avait plus rien à avoir avec l’ancien. C’est comme si vous achetiez une 2 CV et que vous la transformiez en Rolls Royce, vous continueriez à l’appeler 2 CV vous? ». Non peut-être.

Lodji

118 rue Notre Damen 73440 Saint-Martin de Belleville – Tél : +33 4 79 08 92 82 – reservation@lodji.fr

Page Facebook

Site internet

Instagram

Lire aussi: 

 

Journaliste politique, lifestyle et société pour Flair Belgique, Kathleen écrit également pour Le Vif, Le Vif Weekend, VICE ou encore Wilfried, et partage sa vie ainsi que la gestion de Boulettes Magazine avec Clem, son fiancé et co-rédacteur en chef. Passionnée de lecture et d'écriture depuis son plus jeune âge, cette Liégeoise au tempérament voyageur a fondé Boulettes Magazine en 2015 avec sa meilleure amie, Juliette Salme.